Québec.ca
Banque de données des statistiques officielles sur le Québec
Une collaboration de ministères et organismes partenaires sous la coordination de l'Institut de la statistique du Québec

Définition(s)


A

Haut de page

  • ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Groupe d'unités d'exploitation, soit des sociétés ou des établissements exerçant une même activité, par exemple l'industrie du vêtement.

C

Haut de page

  • CARACTÈRE CONFIDENTIEL DES DONNÉES
    • L'article 17 de la Loi sur la statistique (S.C. 1970-71-72, c. 15) et l'article 25 de la Loi sur l'Institut de la statistique du Québec (L.R.Q., c. I-13.011) interdisent la publication des données qui permettraient de reconnaître une personne, une entreprise ou un organisme. En pratique, il est interdit de publier des données portant sur moins de trois établissements ou sur trois établissements et plus dont un ou deux sont dominants.
  • COÛT DES MATIÈRES ET DES FOURNITURES UTILISÉES À L'ACTIVITÉ TOTALE -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Inclut le coût des matières et des fournitures nécessaires à l'activité manufacturière, celui des marchandises destinées à être revendues dans l'état où elles ont été achetées et celui des autres matières et des fournitures non incluses dans l'activité manufacturière.

E

Haut de page

  • EMPLOI À LA PRODUCTION (TRAVAILLEURS À LA PRODUCTION ET PERSONNEL ASSIMILÉ) -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Outre les travailleurs directement affectés à la production et au montage, ce groupe comprend les ouvriers préposés à l'entreposage, à l'inspection, à la manutention, à l'emballage, à l'emmagasinage, etc., de même que ceux des services d'entretien et de réparation, de la conciergerie, ainsi que les gardiens et les contremaîtres qui font le même travail que les ouvriers qu'ils dirigent.
  • ÉTABLISSEMENT
    • Plus petite unité d'exploitation, en général une usine ou une fabrique, en mesure de fournir certaines données relatives à son activité et nécessaires au calcul de la valeur ajoutée.

S

Haut de page

  • SALAIRES DE LA PRODUCTION -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Gains bruts des ouvriers affectés à la production et assimilés, y compris les bonis, les gratifications et la rémunération des heures supplémentaires.

T

Haut de page

  • TOTAL DES TRAITEMENTS ET DES SALAIRES -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Gains bruts des salariés, excluant les retraits des propriétaires et des associés actifs.
  • TRAITEMENTS -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Les traitements et les salaires représentent les gains bruts des salariés avant les retenues de l'impôt sur le revenu et les cotisations aux fins des avantages sociaux versées par l'employé, comprennent la rémunération des heures normales et supplémentaires et des congés payés, ainsi que les primes et les commissions accordées aux salariés réguliers.

V

Haut de page

  • VALEUR AJOUTÉE À L'ACTIVITÉ TOTALE -- SECTEUR MANUFACTURIER
    • Outre la valeur ajoutée à l'activité manufacturière, comprend la valeur ajoutée à l'activité non manufacturière. Cette dernière s'obtient en retranchant de la production brute de l'activité non manufacturière : les achats de biens pour la revente tels quels, en tenant compte de la variation nette des stocks de ces produits, les achats de matières et de fournitures utilisées dans la construction nouvelle ou dans la production de machinerie et d'outillage pour son propre usage, les fournitures de bureau achetées et utilisées, toutes les matières et fournitures achetées et utilisées par l'établissement dans une activité non manufacturière.
  • VALEUR DES EXPÉDITIONS DE PROPRE FABRICATION
    • Valeur nette de la vente des produits de propre fabrication et montant reçu pour du travail à forfait exécuté sur des matières appartenant à d'autres établissements.

      À partir de l'année 2000, l'univers d'enquête s'est étendu à l'ensemble des unités manufacturières. Lors des années antérieures, seules les entreprises manufacturières constituées en société, qui avaient des employés et dont les ventes de biens manufacturiers étaient d'au moins 30 000 $, étaient prises en considération.

      Statistique Canada a cependant modifié, à compter de 2004, son approche de l'enquête annuelle et publie maintenant les statistiques manufacturières en tenant compte d'un seuil d'admissibilité. Ce seuil, basé sur les expéditions manufacturières, constitue l'élément clé de cette nouvelle approche. Il varie d'une province à l'autre et d'une industrie à l'autre. Sous ces seuils, on trouve les petits fabricants qui sont exclus de l'enquête afin de réduire le fardeau de réponse.

Haut de page



Méthodologie(s)


  • Enquête annuelle sur les manufactures (EAM)
    • À partir d'une population cible de 100 000 établissements incorporés et non incorporés, dont l'activité principale est la fabrication, l'Enquête ne recueille des données qu'auprès des établissements manufacturiers canadiens incorporés dont la valeur annuelle des expéditions est de 30 000 $ et plus. La taille de la population est d'environ 35 000 établissements. L'Enquête couvre environ le tiers de tous les établissements manufacturiers du Canada, mais on estime que la valeur des expéditions des établissements retenus représente plus de 98 % du total canadien.

      Les statistiques principales recueillies par l'EAM portent sur la valeur des expéditions, l'emploi, les traitements et les salaires versés, le coût des matières premières et la consommation d'énergie. Des données sur les produits (matières et fournitures utilisées, produits fabriqués, etc.) sont aussi recueillies. L'EAM utilise deux types de questionnaires afin de recueillir l'information : un questionnaire détaillé et un questionnaire abrégé. Le questionnaire détaillé est envoyé aux établissements importants, afin de recueillir des renseignements précis sur les statistiques principales ainsi que les entrées et sorties de marchandises, tandis que le questionnaire abrégé sert à recueillir l'information relative aux petits établissements.

      À partir de l'an 2000 (année de référence), les données des sièges sociaux ne sont plus incluses, ce qui a des incidences sur les variables suivantes : l'emploi à l'administration, l'emploi total, le coût des matières, des fournitures et des biens destinés à la revente, la valeur des expéditions et des autres recettes, la valeur ajoutée totale. La classification utilisée est le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).

      Pour plus de renseignements concernant cette enquête, consulter le site de Statistique Canada (www.statcan.ca), à la rubrique « Méthodes statistiques », pour trouver les listes d'enquêtes.

Haut de page



Classification(s)


  • Système de classification des industries de l'Amérique du Nord SCIAN
    • Le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) est un système de classification des activités économiques qui a été conçu par les organismes statistiques du Canada, du Mexique et des États-Unis pour remplacer graduellement les systèmes en vigueur dans chacun de ces pays, à savoir la Classification type des industries (1980) du Canada, la Classification des activités et des produits (1994) du Mexique, la Standard Industrial Classification (1987) des États-Unis et la Classification des activités économiques du Québec. Le SCIAN est un système global qui s'applique à toutes les activités économiques. Ce système commun de classification s'appuie sur un cadre conceptuel fondé sur la production ou l'offre. Les établissements y sont groupés par classe en fonction de la similitude des procédés de production, tels que la structure des intrants et les qualifications de la main-d'oeuvre. La relation entre la CTI 1980 et le SCIAN Canada est illustrée par des tables de concordance. Ces tableaux mettent en évidence les différences et les similarités entre les classes les plus détaillées des deux classifications, information qui est utile quand les données sont transposées d'une classification à l'autre.

      Source : Statistique Canada, produit no 12-501-XPF au catalogue de Statistique Canada.

Haut de page