Québec.ca
Banque de données des statistiques officielles sur le Québec
Une collaboration de ministères et organismes partenaires sous la coordination de l'Institut de la statistique du Québec

Méthodologie(s)


  • Proportion d’enfants de 0 à 5 ans dont la mère présente un niveau élevé de stress engendré par le tempérament de l’enfant
    • Notes méthodologiques

      Concepts et définitions

      Stress parental engendré par le tempérament de l’enfant

      Il est évalué à l’aide de cinq questions issues de la sous-échelle « Enfant difficile » de la version abrégée de l’Indice de stress parental, version française du Parenting Stress Index développé et validé par Abidin (1995). Les questions ont été posées aussi bien aux mères qu’aux pères. Elles sont les suivantes :

      1) (Prénom de l’enfant) semble pleurer ou pleurnicher plus souvent que la plupart des enfants.
      2) (Prénom de l’enfant) est d’humeur changeante et est facilement contrarié/contrariée.
      3) (Prénom de l’enfant) réagit très fortement quand il survient quelque chose qui le/la contrarie.
      4) Il y a des choses que (prénom de l’enfant) fait qui vous dérangent beaucoup.
      5) (Prénom de l’enfant) exige plus de vous que la plupart des enfants le font.

      Chaque question comporte quatre choix de réponse auxquels des scores sont attribués : « Fortement d’accord » (score de 4), « Plutôt d’accord » (score de 3), « Plutôt en désaccord » (score de 2), « Fortement en désaccord » (score de 1). L’indice de stress parental engendré par le tempérament de l’enfant est construit au moyen de la somme des scores obtenus aux cinq questions qui varie de 5 à 20.

      Proportion d’enfants de 0 à 5 ans dont la mère présente un niveau élevé de stress engendré par le tempérament de l’enfant

      Cet indicateur provient de l’enquête La violence familiale dans la vie des enfants du Québec. Il est obtenu à l’aide de l’indice de stress parental engendré par le tempérament de l’enfant calculé pour les mères.

      Le niveau de stress parental est considéré comme élevé si le score total obtenu est égal ou supérieur à la valeur du 80e percentile de la distribution des scores totaux de l’échantillon des mères pour l’ensemble des enfants visés par l’enquête. Le seuil (valeur du 80e percentile) est de 12 en 2004. À des fins de comparaison dans le temps, ce seuil a également été utilisé en 2012. Étant donné que le seuil retenu n’est pas un seuil clinique validé en tant que tel, il a été décidé de le garder, même si le présent indicateur porte seulement sur les enfants de 0 à 5 ans.

      Étant donné que les enfants âgés de 6 mois ou moins sont exclus de la population visée dans l’édition 2012 de l’enquête, des vérifications ont été effectuées et les résultats des comparaisons pour cet indicateur ne sont pas affectés par le changement de couverture.

      Pour plus de détails sur la construction de l’indice de stress parental engendré par le tempérament de l’enfant, consulter la documentation technique de l’enquête La violence familiale dans la vie des enfants du Québec de 2012 (ISQ, 2013). À noter que dans le rapport de l’enquête de 2004 (Clément et autres, 2005) et de 2012 (Clément et autres, 2013), cet indice est utilisé comme variable de croisement. Par ailleurs, cet indicateur n’est pas disponible dans l’édition 1999 de l’enquête.

      Population visée par l’enquête

      Édition 2004

      L’enquête vise l’ensemble des enfants âgés entre 0 et 17 ans vivant dans un ménage privé du Québec en 2004 et ne résidant pas dans une réserve indienne ou dans les territoires cri et inuit. Ces enfants doivent cohabiter au moins 50 % du temps soit avec leur mère (mère biologique, belle-mère, conjointe du père ou tutrice) (échantillon de mères) ou avec leur père (père biologique, beau-père, conjoint de la mère ou tuteur) (échantillon de pères).

      Édition 2012

      L’enquête vise l’ensemble des enfants âgés entre 6 mois à 17 ans vivant dans un ménage privé du Québec en 2012 et ne résidant pas dans une réserve indienne ou dans les territoires cri et inuit. Ces enfants doivent cohabiter au moins 40 % du temps soit avec leur mère (mère biologique, belle-mère, conjointe du père ou tutrice) ou avec leur père (père biologique, beau-père, conjoint de la mère ou tuteur).

      Limite(s)

      À noter que cet indicateur se rapporte aux enfants et non pas aux parents. Par ailleurs, un niveau élevé de stress est défini en fonction de la distribution des scores (quintile supérieur) plutôt que d’un seuil fixé à l’avance tel un seuil clinique validé. Pour ces raisons, les proportions obtenues ne doivent pas être considérées comme des estimations de la proportion de mères présentant un niveau élevé de stress engendré par le tempérament de l’enfant. Il s’agit plutôt de valeurs qui pourraient être utiles pour la comparaison de sous-populations (par exemple, garçons et filles, groupes d’âge 0-2 ans et 3-5 ans) ou encore pour la comparaison entre deux éditions de l’enquête lorsque c’est possible sur le plan méthodologique.

      Toutefois, la proportion d’enfants de 0 à 5 ans dont la mère présente un niveau élevé de stress engendré par le tempérament de son enfant ne peut être comparée avec la proportion d’enfants de 0 à 5 ans vivant avec un père qui présente un tel niveau de stress, étant donné que les populations visées ne sont pas les mêmes.

      Référence(s)

      ABIDIN, R. R. (1995). Parenting Stress Index, 3e éd., Odessa, FL, Psychological Assessment Resources, 167 p.

      INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (2013). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2012. Les attitudes parentales et les pratiques familiales. Cahier technique : Livre de codes et définition des indices (Fichier maître), [En ligne], Québec, L’Institut, 406 p. [http://www.stat.gouv.qc.ca/enquetes/sante/violence-familiale2012-cahier-technique.pdf]

      Autre(s) publication(s)

      CLÉMENT, M.-È., F. BERNÈCHE, C. CHAMBERLAND et C. FONTAINE (2013). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2012. Les attitudes parentales et les pratiques familiales, [En ligne], Québec, Institut de la statistique du Québec, 146 p. [http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/environnement-social/violence-familles/violence-familiale.html].

      CLÉMENT, M.-È., C. CHAMBERLAND, L. CÔTÉ, D. DUBEAU et B. BEAUVAIS (2005). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2004, [En ligne], Québec, Institut de la statistique du Québec, 162 p. [http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/environnement-social/violence-familles/violence-familiale-2004.html].

      1Même si, en 2012, on fait référence aux enfants de 6 mois à 5 ans, alors qu’en 2004, les résultats portent sur les enfants de 0 à 5 ans, la mention « 0 à 5 ans » a été utilisée pour les comparaisons afin d’alléger le texte.
      2Même si, en 2012, on fait référence aux enfants de 6 mois à 2 ans, alors qu’en 2004, les résultats portent sur les enfants de 0 à 2 ans, la mention « 0 à 2 ans » a été utilisée pour les comparaisons afin d’alléger le texte.

Haut de page